The World's Largest Public Domain Media Search Engine
Francois Nicolas Chifflart - Le jour des rois

Similar

Francois Nicolas Chifflart - Le jour des rois

description

Summary

Illustration de "La légende des siècles" dans l'Edition Hugues (Subtitle)
Illustration du poème "Le Jour des rois" pour le recueil de Victor Hugo, "La Légende des siècle", Section 10 "Le Cycle héroïque chrétien", ce dessin correspond à la deuxième strophe du poème :" IILe mendiant du pont de Crassus, où se dresseL’autel d’Hercule offert aux Jeux Aragonaux,Est, comme à l’ordinaire, entre deux noirs créneaux,Venu s’asseoir, tranquille et muet, dès l’aurore.La larve qui n’est plus ou qui n’est pas encoreRessemble à ce vieillard, spectre aux funèbres yeux,Grelottant dans l’horreur d’un haillon monstrueux ;C’est le squelette ayant faim et soif dans la tombe.Dans ce siècle où sur tous l’esclavage surplombe,Où tout être, perdu dans la nuit, quel qu’il soit,Même le plus petit, même le plus étroit,Offre toujours assez de place pour un maître,Où c’est un tort de vivre, où c’est un crime d’être,Ce pauvre homme est chétif au point qu’il est absous ;Il habite le coin du néant, au-dessousDu dernier échelon de la souffrance humaine,Si bas, que les heureux ne prennent pas la peineD’ajouter sa misère à leur joyeux orgueil,Ni les infortunés d’y confronter leur deuil ;Penché sur le tombeau plein de l’ombre mortelle,Il est comme un cheval attendant qu’on dételle ;Abject au point que l’homme et la femme, les pas,Les bruits, l’enterrement, la noce, les trépas,Les fêtes, sans l’atteindre, autour de lui s’écoulent ;Et le bien et le mal, sans le voir, sur lui roulent ;Tout au plus raille-t-on ce gueux sur son fumier ;Tout le tumulte humain, soldats au fier cimier,Moines tondus, l’amour, le meurtre, la bataille,Ignore cette cendre ou rit de cette paille ;Qu’est-il ? Rien, ver de terre, ombre ; et même l’ennuiN’a pas le temps de perdre un coup de pied sur lui.Il rampe entre la chose et la bête de somme ;Tibère, sans marcher dessus, verrait cet homme,Cet être obscur, infect, pétrifié, dormant,Ne valant pas l’effort de son écrasement ;Celui qui le voit, dit : « C’est l’idiot ! » et passe ;Son regard fixe semble effaré par l’espace ;Infirme, il ne pourrait manier des outils ;C’est un de ces vivants lugubres, engloutisDans cette extrémité de l’ombre où se termineLa maladie en lèpre et l’ordure en vermine.C’est à lui que les maux en bas sont limités ;Du rendez-vous des deuils et des calamitésSa loque, au vent flottante, est l’effroyable enseigne ;Sous ses ongles crispés sa peau s’empourpre et saigne ;Il regarde, voit-il ? il écoute, entend-il ?Si cet être aperçoit l’homme, c’est de profil,Nul visage n’étant tourné vers ses ténèbres ;La famine et la fièvre ont ployé ses vertèbres ;On voudrait balayer son ombre du pavé ;Au passant qui lui donne, il bégaye un Ave ;Sa parole ébauchée en murmure s’achève ;Et si, dans sa stupeur et du fond de son rêve,Parfois à quelque chose, ici bas, il répond,C’est à ce que dit l’eau sous les arches du pont.Sa maigreur est hideuse aux trous de sa guenille.Et le seul point par où ce fantôme chenilleTouche aux hommes courbés le soir et le matin,C’est, à l’aube, au couchant, sa prière en latin,Dans l’ombre, d’une voix lente psalmodiée."

date_range

Date

1860 - 1868
create

Source

Paris Museum
copyright

Copyright info

Public Domain Dedication

Explore more

francois nicolas chifflart
francois nicolas chifflart