The World's Largest Public Domain Media Search Engine
Jean qui grogne et Jean qui rit (1895) (14752708315)

Similar

Jean qui grogne et Jean qui rit (1895) (14752708315)

description

Summary


Identifier: jeanquigrogneetj00comt (find matches)
Title: Jean qui grogne et Jean qui rit
Year: 1895 (1890s)
Authors: comtesse de, 1799-1874 Castelli, H., ill
Subjects: Boys France -- Fiction
Publisher: Paris : Hachette

View Book Page: Book Viewer
About This Book: Catalog Entry
View All Images: All Images From Book
Click here to view book online to see this illustration in context in a browseable online version of this book.

Text Appearing Before Image:
temps pour prendre monsieur. KERSAC. Ne grondez pas, monsieur Abel. Cest ma faute,voyez-vous. Pendant que vous faisiez vos saluts etvos compliments — — Montons toujours, dit M. Abel; vous mexpli-querez cela en voiture. KERSAC. Je dis donc pendant que vous faisiez vos révé-rences et quon sembrassait là-bas, moi qui avaisfait dès hier tous les compliments que je pouvaisfaire, je me suis échappé pour examiner à fond votrebelle bête. Plus je la voyais et plus je ladmirais.Je voulais la faire trotter : jen mourais denvie. « — Si nous faisions un tour, dis-je au cocher, là« où elle pourrait trotter bien à laise? « — Monsieur na quà sortir, me dit votre« cocher, et ne pas me trouver, je serais en faute ; il« est bon maître : jai regret quand je le mécontente. « — Bah! lui dis-je, ils en ont pour une demi-ce heure avant de se tirer de là. Et en une demi-ce heure on va loin avec une béte comme la vôtre. <( Le cocher était visiblement flatté ; il voyait que
Text Appearing After Image:
M. Alj(?l pt ses décorations attiraient tous le» regards. (Page 383.) JEAN QUI RIT 387 sa bête était passée en revue par un connaisseur;je le voyais faiblir, et, ma foi, ny tenant pas, jemontai sur le siège et ncjs voilà partis. Nousprîmes par la rue de Rivoli; il y avait peu demonde, pas dembarras; la jument filait que cétaitun plaisir. Arrivés aux Champs-Elysées, je lui lâ-chai les rênes; nous fendions lair; en moins derien nous nous sommes trouvés au haut de lavenue ;votre cocher commençait à sinquiéter; je tournaibride, et, en revenant, la jument filait, trottait quejen étais fou. Malheureusement on ne sest pasembrassé assez longtemps à la sacristie, car nousnavons pas été dix minutes à faire la course. Et àprésent que je connais la bête, je vous dis que vousne savez pas le trésor que vous avez, et que cestun meurtre de la faire marcher dans les rues deParis, de ne pas lui laisser prendre son élan, degêner ses allures, de la faire attendre aux portes.S

Note About Images

Please note that these images are extracted from scanned page images that may have been digitally enhanced for readability - coloration and appearance of these illustrations may not perfectly resemble the original work.

date_range

Date

1895
create

Source

Internet Archive
copyright

Copyright info

public domain

Explore more

jean qui grogne et jean qui rit 1895
jean qui grogne et jean qui rit 1895